• photo Sol y Sombra, ©Chris_


    Le ciel n'avait aucune étoile. Seule la déesse nocturne, de son pâle apparat observait sa progéniture se déchirer.
    Des simulacres, émissaires des ténèbres, prirent en otage la forêt et valsèrent autour des arbres. Leur tourbillon, mêlant les contrastes d'une voix féminine torturée et du murmure grave d'un homme, entama un chant hanté :

    « Appel morbide... Appel sordide...
    Dans l'anarchie des corps, la confusion des âmes
    Qui des deux clans plantera sa lame ?
    Désir splendide ... Désir hybride...

    Porter la géhenne, transmettre sa haine.
    Instinct bestial ... Instinct fécal...
    Le charognard délecte son repas.
    Il croque la mort à pleines dents.

    Ils se doutaient de la scène,
    Ils se doutaient de la Cène.

    La danse de la démence, transe de la souffrance
    Sur la dague en délire, la vague à périr.
    La mer rouge coule sur la peau.
    Se déchaîne le sang houleux.

    Crime de sang
    Les ombres sans peine,
    Crime sanglant
    Les ombres sans veine,
    Noient leur descendance dans le pourpre des abysses.

    Lime d'argent
    La pénombre s'en mêle,
    Lime d'antan
    La peine-ombre emmène
    Ses enfants ivres de vin dans les abîmes.


    Ce soir, l'envie frénétique de vivre ne suffit plus. »


    10 commentaires

  • Ce jour s'y prête bien. Et aussi, je n'ai jamais posté dans ce thème, il faut qu'ça change...


    Résurrection

    Il ne devait pas être là. C'était une erreur et ils le regretteraient amèrement. « Les hommes sont stupides, pensa-t-il, ils ne changeront jamais. » Il n'osait pas ouvrir les yeux. De toute façon ça n'aurait rien modifié à son aveuglement. « Comme les humains ... se répéta-t-il ». Il fallait qu'il bouge, c'était une question de survie. Et il sourit à cette idée. Son corps était intégralement endolori mais ces quatre mille trois cent vingt dernières minutes lui avaient rendu de nouvelles forces, plus puissantes, plus rapides, plus amusantes... Quatre mille trois cent vingt, ça pouvait paraître long lorsqu'on le comptait soixante fois, et que chaque seconde était une goutte d'éternité dans le désert de la non vie. Mais le puit avait tiré sur sa source, et l'abondance était à présent infinie.

    Il tenta plusieurs fois de saisir la voix imaginaire d'une certaine conscience avant de tordre le cou de l'ineffable. Cela lui détendit les muscles, et il en fut ravit. Ses mains se cramponnèrent à la Terre entière pour s'extraire à la lumière de la nuit. Ce n'était pas partie facile, son tronc le tordait et sa tête le faisait encore vaciller. Mais après quelques efforts, il n'était plus enseveli.
    Au loin, l'astre solaire n'était que braise se faisant cendre derrières les monts. Il sentit soudainement une vive douleur craqueler sa peau. Brûlure du jour le rejetant. Mais la Lune, Maîtresse des Ténèbres, le prit en son sein et l'élut Prince de la Nuit en chassant les rayons trop chaleureux.
    Vampire... Le premier de la race avant des milliers d'autres. C'était à lui de perpétrer l'engeance, le message était clair. Il passa sa langue sur ses canines aussi effilées que la lame d'une lance. Deux clous surplombant la mâchoire. Sa peau était livide, comme l'homme qui se serait vidé de son sang. Du sang, il fallait qu'il en trouve, s'en abreuve afin de survivre.
    Vampire... Il avançait d'une démarche calme, sereine qui en devenait presque malsaine. Il ne marchait pas, il chassait et chacun de ses pas progressait vers le silence, la Mort. Cette femme, si proche, si appétissante. Ces cheveux noirs cascadant la chute de ses reins, ces formes sinueuses et ces vallées auxquelles aucun homme n'aurait résisté à parcourir, ces courbes à escalader. Créature infernale incarnant vices et tentations. Elle lui donnait faim.
    Il était juste derrière elle, son souffle lui frôlait la nuque. Elle se retourna, surprise :
    -Oh mon Dieu !
    Ce furent ces derniers mots. Il était en train de croquer la vie à pleines dents, lui offrir l'ultime étreinte de la Mort, cette froide caresse contre la tiède boisson incarnate. Il n'aurait partagé ce grand cru avec personne. Un vin si précieux qu'il râpa le bout de sa langue sur la morsure afin de ne pas perdre une seule perle rubis. Il aimait la vie, mais il était mort. Il lui vola sa vie, pour vivre dans la mort.
    Repu, sa vengeance pouvait commencé. Il se dirigea vers la salle qu'il connaissait bien, là où la fête devient culte. Se cachant derrière un buisson avoisinant. Patientant, souriant, la nuit ne faisait que commencer. Ses forces étaient décuplées au centuple, ce serait si facile. Il souriait, encore, toujours. L'homme sortirait prendre l'air, comme à son habitude, il en était sûr. Et il avait raison. A peine celui-ci avait franchi le seuil de la porte qu'une masse informe l'avait saisi par le col. Il le mit à genoux, mains jointes en forme de soumission et l'humain ne pouvait riposter. La peur envahissait l'atmosphère, triturant la future victime. Il le sentait, s'en délectait, en réclamait sadiquement, souriant si largement qu'il en laissait dépasser les crocs. Sa proie était engoncée dans son malaise. Dans un effort insoutenable, elle leva la tête en quête du visage de son agresseur. Là, sa voix se délia en un murmure éperdu :
    -Jésus...
    -Amen.


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique